Cure thermale

Dans certains pays voisins, l’application de cures spécifiques (par exemple La Roche-Posay, St. Gervais) pour traiter les cicatrices est désormais communément acceptée dans le traitement et les soins post-opératoires, entre autres pour les brûlures graves. Il s’agit ici essentiellement du recours aux bains et aux rayons-douche filiformes censés accélérer l’assouplissement et la maturation des cicatrices. Etant donné que l’hydratation et le massage des cicatrices pourraient avoir un effet assouplissant et adoucissant sur les cicatrices, cela pourrait créer un intérêt certain pour cette stratégie thérapeutique. Malheureusement, jusqu’à présent, il n’existe aucun substrat scientifique objectif étayant l’intérêt de ce traitement onéreux pour justifier l’indemnisation de ces cures dans le cadre de nos Assurances Soins de Santé.

La cure thermale : essentielle pour atténuer les cicatrices

La cure thermale traite les cicatrices dues aux brûlures. Qu’elles soient, post-chirurgicales, récentes ou anciennes, les soins prodigués lors d’une cure thermale permettent d’accélérer leur cicatrisation et d’offrir une meilleure élasticité cutanée. Dites au revoir au prurit (trouble de fonctionnement provoquant des démangeaisons) et aux dysesthésies (picotements, fourmillements dus à une augmentation de la sensibilité) ! Ces désagréments s’estompent, voire disparaissent après plusieurs cures, tout comme les inflammations locales et les brides.

Des soins complémentaires au top

Le traitement thermal assure des soins complémentaires particulièrement efficaces pour régénérer l’épiderme et aplatir les brides cicatricielles :

  • Des bains locaux ou généraux aux effets relaxants et hydratants qui favorisent la circulation vasculaire et réduisent les sensations de démangeaisons.
  • Des pulvérisations locales ou générales décongestionnantes et apaisantes.
  • Des douches filiformes quotidiennes (pratiquées par le médecin de l’établissement) qui améliorent considérablement le processus cicatriciel et diminuent l’hypertrophie, grâce à la projection de jets d’eau thermale plus ou moins fins, à pression modulable.
  • Des douches générales complètent également l’action du bain et facilitent l’élimination des croûtes, des squames encore présentes sur la peau.
  • Des massages sous l’eau quotidiens (réalisés par le kinésithérapeute) assouplissent le tégument cutané et permettent le décollement des cicatrices adhésives.

10.000

Incendies domestiques par jour

340.000

Soutien financier aux patients

300

Ateliers de prévention par an